Mélenchon et moi, fin d’une belle histoire…

Chronologie :

J’ai lu les promesses du candidat Mélenchon. Très bien : démocratie, 6ieme république et le détail de son programme, 3€ chez le marchand de journaux. Objectivement : Miam !

Le lapin que je suis tend ses oreilles pour se faire attraper.
Sur le site de campagne, on y lit un appel à candidatures pour les législatives.

Je fonce ! Bien que persuadé que mon ton est trop direct, ma diplomatie inexistante et ma capacité à caresser dans le sens du poil des électeurs, même pas en projet, je me dis que ce sera au moins l’occasion de rencontrer des vrais militants de terrain, et d’élargir mes connaissances, bref d’être moins con et borné.

La première réunion (30/11/2016) me met la puce à l’oreille : cela ressemble trop à une réunion d’Attac, où seul le déroulé d’un ordre du jour fixé ailleurs est important. Chaque candidat a deux minutes pour se présenter. Wow, l’aubaine !

On y parle pas de politique, on n’y refait pas le monde : on s’apprête à pratiquer la politique du parti, même s’il s’appelle « France Insoumise ».

Car il ressort vite que ce n’est pas un « Mouvement », mais bien un parti : avec une hiérarchie, et un seul cerveau à Paris pour tout le monde.

Ne sont présents que de vieux briscards de la CGT, du PC, du PG ou du NPA. Mais au fond, pourquoi pas, attendons de voir.

Je sens bien que mon évocation d' »éducation populaire » jette un froid. Il n’est pas question de s’adresser « au peuple » sans considération partisane, on reste entre soi.

Je lâche donc ma candidature : vous avez vu ma profession de foi que j’ai publiée.

Très vite, j’ai une réponse du mâle alpha de la bande : non pas via la liste de diffusion destinée aux 60 participants des deux groupes pour les 4ieme et 5ieme circonscription du Gard, mais directement, en aparté.

Il y figure deux phrases : l’une, parfaitement justifiée, relève que mon idée de laisser la députation au suppléant à mi-mandat est juridiquement idiote. La formulation est juste méprisante.

La deuxième, je vous la livre :

« – Nous pouvons constater sur ton blog que tu participes activement à l’animation d’un mouvement politique autour d’Étienne Chouard. Il aurait été judicieux de le mentionner clairement dans ta profession de foi. Tu n’est pas sans savoir que de nombreux insoumis sont en désaccord profond avec les accointances politiques et les méthodes de votre mouvement. « 
Comment je suis une fouine malicieuse venue troller !

Je vous fait grâce de mes protestations, mais les antifas sont bien là, c’est mort.

Un peu plus tard, je reçois ce message sans bonjour ni signature (copié-collé) :

« quelle profession de foi celle ou on raconte n’importe quoi et que l’on connaît pas les loi élémentaire pour être député ou comme écrit sur ton site de données chauard comme idéal de pensée pour ma part si ta candidature et retenue je ferai barrage a ton élections car tu a rien a faire au insoumis »

J’ai bien tenté,de répondre, mais la censure a sévi, et je suis maintenant censuré de la liste de diffusion, sauf si je raconte des banalités.

La plupart des dix candidats ont lâché l’affaire, dont moi évidemment.

Voila le compte rendu , mentionnant le binôme gagnant, qui comprend, devinez qui ? l’autrice de la menace juste au dessus, Mme Julie !

Notez les motivations du choix.

 

Donc voici la profession de foi de Julie, celle qui a convaincu le groupe (Copiée-Collée) :

« Bonjour à tous….

 En vue des futures élections législatives et étant canditate sut la 5eme circonscription gardoise en suppléante de Anthony ****** il est important que vous sachiez qui je suis…
 
Je suis née sur Ales en 1985 où j’ai grandit et fait ma scolarité jusqu’au Baccalauréat.
J’ai pratiqué le hand ball aunsi que la musique tout le long de ma scolarité et suivie à partir du lycée les options théâtre, ce qui m’a permis d’être présente dans la culture alesienne.
 
Pour les besoins de mes études j’ai vécue un an sur Montpellier.
Mais je suis revenue dans la région alésienne vivant sur Ales st privat et actuellement sur Molière sur ceze.
Mon expérience professionnelle fut diversifiée. J’ai été aide à domicile, secrétaire médicale et actuellement agent de nettoyage.
Travaillant auprès des peesonnes âgés, au sein d’un quartier populaire, où j’ai été confronté aux difficultés sociales.
Mes difficultés dans la vie personnelle m’ont mis au pied de la misère mais ont développé chez moi une peeqeverance et la volonté de me battre
 
Mon parcours politique demarre lors de mon arrivée au lycée, où des réductions budgétaires mettaient en péril l’option facultative dont je faisais partie. Je me suis donc rapprochée du Pcf où mon adhésion fut immédiate ainsi la création de la JC.
Mon engagement fut entier jusqu’à mes divergences avec la direction locale qui m’ont fait rendre ma carte.
Mais ma présence dans les luttes telles que la lutte anti fasciste, le CPE et d’autre comme la dernière en date la loi du travail.
Mais mon engagement syndical au sein de la cgt est toujours d’actualité et important à mes yeux. Car nous devons défendre les salariés et les informer de leurs droits.
 
J’ai adhérer au mouvement JLm les insoumis car pour moi c’est ainsi que nous devons envisager l’avenir, avec démocratie et c’est le mouvement qui peut initier un réveil des populations.
 
La France Insoumise apporte une autre facon d’envisager la politique qu’on nous impose depuis tant d’années. Grâce à celle-ci nous pouvons porter un nouvel espoir et une autre voix face à cette Europe qui nous étouffe.
Nous la France Insoumise avons comme mission de redonner la parole au peuple qui depuis longtemps n’est plus entendu.
Avec nos groupes d’appuis, les échanges donnent au peuple une participation dans le mouvement politique.
 
En tant que représentant des Insoumis nous nous devons d’être présents dans le paysage politique local, à l’écoute des électeurs.  Nous ne sonmes pas là pour être simplement une image, mais nous devons être acteurs sur leq differentes questions sociales, écologiques. Nous nous devons d’être au coeur du débat politique.
Le droit aux logements, le droit des femmes, le racisme.
Nous avons un lourd programme à défendre sur ces régressions sociales imposées par nos différents gouvernements et leurs politiques ultra liberales.
 
Mes engagements dans différentes associations quelles soient culturelles où au sein de l’éducation m’ont fait comprendre que nous devons être a la proximité des gens, il me semble primordial de changer la façon de faire la politique.
En tant que représentant d’un peuple nous devons être à leur hauteur a leir écoute. Cessons les politiques du non dit soyons transparents et sincères.et suivons les décisions collectives.
 
J’espère vous avoir convaincue.. »
Bonjour le projet politique. Ah mais non, en fait, c’est juste le projet de Méluche qu’il faut défendre, il n’est pas demandé de penser. Chuis con des fois…
Soyons clair : avoir une rédaction approximative ne fait pas de vous une mauvaise personne, et bien des ordures ne font aucune fautes d’orthographe (existe-t-il un seul de mes articles sans aucune faute ? Je doute.)
Par ailleurs, il me semble évident que mon caractère me disqualifie pour me présenter, caresser des bébés et des personnes âgées sur les marchés.
L’élection, je ne vous apprend rien, est un processus putassier, qui d’ailleurs donne de la noblesse à nos péripatétiputes que je respecte infiniment plus que mon maire-conseiller-général professionnel.
J’aurais voulu croire à la possibilité d’un changement avec Méluche, mais ses militants me ramènent sur terre.
Votez blanc !

Laisser un commentaire