AGORA : Parer aux plaisantins envahisseurs

L’Agora doit faire face aux abus de droits : bien sûr chacun doit pouvoir y participer, mais chacun peut venir perturber l’assemblée avec des questions idiotes ou des réponses bébés. Sans parler des malfaisants, des banquiers et de mon voisin.

Mettre en place une police de la pensée n’est pas une option, et pourtant comment se soustraire aux personnes mal intentionnées ou débilisantes ?

C’est une facette importante de « l’intérêt ». Qui ne doit pas être confondue avec la notion de « supporter ».

Expédions ce dernier : être supporter, c’est donner à voir aux autres, et bien sûr aux rédacteurs des réponses, l’attrait qu’ils exercent sur le public. On peut rapprocher le fait de devenir supporter d’une réponse au cliquer « j’aime » dans Facebouc.

Si vous cliquez sur « devenir supporter », vous  déclarez implicitement que vous trouvez de l’intérêt à la réponse concernée. Voilà, c’est dit.

Intérêt pour le domaine

Rappel : les sujets de discussions dans l’Agora sont organisés en thèmes, sous-thèmes, sous-sous-thèmes etc. Soit des centaines de domaines: c’est expliqué au début de cette série d’articles. Droit civil, Santé, recherche scientifique, éducation, armée, police, droit des affaires, etc, le tout se déclinant en sous-domaines, bref un gros fouillis, comme la vie d’une société.

Vous ne vous intéressez pas à tout, vous ne vous y connaissez pas en tout. Votre devoir de citoyen nécessite que vous passiez du temps dans l’Agora, pour y détecter ce qui vous intéresse. Une fois marqué cet intérêt pour des sous-domaines, vous allez recevoir des informations par mail ou texto. Un peu comme les murs Facebook de vos amis vous apparaissent.

Vous recevrez, pour ces sous-domaines uniquement, des avis quand une question apparaît et d’autres news à son propos.

Ceci afin de ne pas être noyé d’informations.

Gardons pour la suite qu’un sous-domaine a une bande de gens qui s’y intéressent.

Intérêt pour une question

Avoir de l’intérêt pour une question, c’est dire qu’elle vous intéresse (ah bon dieu ! si je m’attendais à ça !), et que vous souhaitez voir se poursuivre la compétition de réponses.
Il se peut qu’aucune des réponses déjà en lice ne vous plaise, mais au moins la question est bonne.

Une question qui n’atteint pas un certain quota d’intérêt (réglable) parmi ceux qui s’intéressent au sous-domaine, et ce au bout d’un certain temps réglable, est archivée et disparaît.

Par exemple : si la question n’a pas reçu d’intérêt de plus de 15% des gens qui ont dit être intéressés par le domaine, et ce dans un délai d’un mois, elle est archivée.

Contentez vous d’ignorer les questions que vous jugez inopportunes, et c’est poubelle. N’oubliez donc pas de marquer de votre intérêt une question que vous jugez pertinente, sinon c’est risque de poubelle.

Intérêt pour une réponse

Trouver de l’intérêt, c’est dire que la réponse est correctement articulée, que le ou les auteurs ne sont pas des ignorants. Cela ne signifie nullement que vous allez les placer en tête de votre palmarès au moment du vote.

Une réponse qui ne rencontre pas l’intérêt d’une bonne partie de ceux qui ont trouvé la question intéressante, mettons 10%, réglable, n’ira pas au vote.

Contentez vous d’ignorer une réponse que vous jugez inopportune, et elle n’ira pas au vote, à moins que 10% ne soient pas de votre avis.

Protections supplémentaires

Une Agora telle que celle que ce site propose va susciter un énorme volume d’informations. Un tsunami ! Tout le défi est dans le réglage qui vous dispense des informations non pertinentes, selon vos critères, mais qui ne vous fait pas rater une pépite.

L’Agora (du moins son logiciel), peut simplement vous informer une fois de l’arrivé d’une réponse, puis plus rien si vous ne donnez pas de l’intérêt à celle-ci. Dans le cas contraire vous serez informé des suggestions et des nouvelles versions de réponses.

Vous pouvez aussi blacklister un rédacteur casse-bonbons.

 
1. Agora, le chaînon manquant
2. Structure de l’Agora
3. Un cycle dans l’Agora
4. Agora : le vote
5. Parer aux plaisantins envahisseurs
6. Procurations et « démocratie liquide »

Laisser un commentaire