Structure de l’Agora

L’Agora n’est pas un forum, ni un chat, ni un blog.

Dans l’Agora, on met en forme les idées issues des discussions sur les forums, les chat et les blogs.

Dans un article précédent je vous ai vanté une Agora comme un lieu de production de textes, éventuellement constitutionnels, juridiques ou règlementaires.

Je vais décrire ici la structure des données du système.

Voici d’abord l’organisation générale.

Niveau 1 : les organisations

Afin de différencier les objectifs, en plus d’une organisation ‘centrale’, il est possible d’avoir plusieurs Agora : à l’Agora politique globale, il est possible d’ajouter d’autres Agora à thèmes plus spécifiques : monde associatif, clubs prospectifs ou « de recherche ».

Le cas échéant, une Agora peut-être fermée, comme un groupe fermé sur Facebook, avec co-optation etc. On peut aussi avoir une Agora réservé à un groupe limité, mais néanmoins accessible en lecture au public. Imaginez une université qui développe son agora à usage interne, mais qui laisse le public lire le contenu, sans permettre les ‘suggestions’, ni le vote aux visiteurs qui ne s’identifient même pas. Pourquoi pas une « Agora d’entreprise », une Agora pour un lycée, une agora pour une administration, pour un hôpital……..

Mais pour la suite du document, je ne vais parler que de l’Agora « centrale » ou « nationale », appelez là comme vous voulez.

Niveau 2 : les domaines de réflexions

Faire de la politique, c’est s’impliquer dans des domaines de réflexions, qu’il faut classifier comme on classifie les végétaux, le monde animal ou les genres musicaux.

Exemples :

Santé, éducation, monnaie, échanges marchands, échanges internationaux, recherche scientifique, écologie, travail et emploi, industrie, justice, police, armée, aménagement du territoire, propriété, transport, énergie, agriculture….

Mais « Santé », par exemple, c’est vague, donc on divise en sous-domaines :

Formation, recherche, industrie pharmaceutique, services d’urgences, équipements structurels  l’immobilier, équipements collectifs, Mise sur le marché des médicaments, veille sanitaire, liens avec les organisations sanitaires internationales, règlements sanitaires, médecine d’urgence, directives pour la recherche médicamenteuse, prévention, éducation à l’hygiène, aide à la conception, ivg et pma….

« Santé »-« Formation », peut se découper en « formation initiale des soignants », formation permanente, secourisme, structure des qualifications, équivalence des diplômes étrangers.

Cette arborescence permet à chacun de retrouver ses domaines de compétences et/où d’intérêt. Soyons clair, c’est touffu, comme une société démocratique.

Un utilisateur inscrit marque les domaines qui l’intéressent : pour ceux là seulement, il recevra des mails l’informant de la création d’une question. Sinon il sera submergé d’annonces et ne regardera plus rien. Avoir 2 domaines d’intérêts, c’est déjà beau !

Niveau 3 : les questions

Étant donné un domaine, les citoyens inscrits sont invités à poser les questions, mettons une, qu’ils ont détectée, explorée, analysée. Nous sommes donc en fin de discussion sur Facebook, aux ‘nuit debout’, dans un club politique, une association formelle ou pas. On ne peut pas faire l’économie de la première négociation : libellé précis de la question. Quitte à en restreindre la précision, tant les solutions proposées diffèrent, il doit y avoir un minimum de consensus sur la question.

Il y a donc eu jacasseries quelque part, d’où ressort :

Une question : exemple « Contrôle démocratique de l’organisation qui donne les autorisations de mise sur marché des médicament (AFSA) » et le premier qui crée la question pose sa réponse. Les autres posent la leur.

« le premier », ou « le premier collectif ». A moins d’avoir un génial génie en ligne, une réponse doit logiquement être issue d’un collectif. Ça commence à deux.

Niveau 4 : les réponses :

Une réponse se traduit par une présentation générale, une « déclaration d’intention ». Les visiteurs doivent y lire « l’esprit », bref ce qui différencie cette réponse des autres.

Exemples :

  • Réponse un : « Contrôle par une assemblée spécifique tirée au sort »
  • Réponse deux : « Contrôle par un service de l’état »

Les rédacteurs de chaque réponse peuvent (doivent, pense-je..) donner sur la « page de garde » de leur réponse les éléments suivants:

  • Un résumé , un « pitch »,
  • Des liens vers leur site, leur forum, bref leurs lieux de jacasseries.
  • Des liens vers les documents qui les ont inspirés et des documents qui vont donner au citoyens la base documentaire : thèses universitaires, livres, vidéos.

La réponse consiste à poser un PDF, d’un format imposé qui met tous les rédacteurs sur un pied d’égalité : il n’y a pas Roger, rédacteur génial mais au chômage, fauché comme les blés mais qui propose un truc valable, et une multi-nationale qui envoie un sous-marin avec 10 millions de brouzoufes, une agence de com, des couleurs partout, des vidéos prises de l’espace et des gonzesses à poil (dans l’espace, yesss !) et une musique de fond des Rolling Stones.

Le pdf ne contient pas de commentaires. C’est un article de loi qui devrait tenir sur une page. Voir en quelques lignes.

Ce sont les liens sur la page de garde qui renvoient vers les explications, les tenants et aboutissants sur la page du collectif des rédacteurs.

Je résume : une question=une page avec nom, pitch et liens documentaires si accord des parties.

Une question = des réponses

Une réponse = une page de garde avec intitulé, pitch et liens vers doc et forum + Un historique de PDF qui sont affinés, vous le verrez dans un article a venir.

Bientôt, un article sur la dynamique autour des questions, un autre sur la démocratie « liquide » du système, qui n’est qu’une option, l’aspect auto-nettoyant qui éjecte les plaisantin, la gestion interne (éviction des provocations racistes, par exemple, ou vérification des liens) et enfin un autre sur le vote final.

Je vous laisse, un repas de famille m’attend avec sauté de banquier sauce racket.

1. Agora, le chaînon manquant
2. Structure de l’Agora
3. Un cycle dans l’Agora
4. Agora : le vote
5. Parer aux plaisantins envahisseurs
6. Procurations et « démocratie liquide »

Laisser un commentaire