Fond et forme

Au fil de conversations avec vous, des contradictions apparaissent, et c’est une chance pour nous de tenter de les dissiper.

Ce site, qui propose une action militante pour influer sur les caractéristiques politiques de notre société, s’adresse à vous sur deux plans.

La forme

La forme de l’action est explicité dans le menu « Qui sommes nous » : une action concrète que vous pourrez aller découvrir. Dans ce sens, ce site n’est pas ‘grand public’, car il s’adresse à la population militante susceptible de partager le projet et d’y contribuer. C’est le dit ‘projet’ qui est, lui, à destination du grand public. Éveiller des citoyens, aujourd’hui seulement électeurs très occasionnels.

Le fond

Le fond est de deux ordres : un certain nombre d’informations de base sous-tendent le projet, et des conférenciers, ou des auteurs, présentés dans la rubrique « Vidéos« , donnent un ensemble d’informations qui doivent inspirer l’action.

Par ailleurs, l’auteur de ce site, mais également des contributeurs courageux, laissent sur ce site des réflexions politiques diverses. Nous y reviendrons.

Précisons d’abord que les conférences de la rubrique « Vidéos » ne signifient pas que TOUTE les idées de leurs auteurs nous sont parfaitement connues, et ni que nous les approuvons ici : Tel ou tel peut, par ailleurs et sans déshonneur, avoir développé d’autres idées avec lesquelles nous n’avons pas d’affinité.

D’autre contributions pourraient subir une critique détaillée par des experts respectables : Reprenez donc l’idée que nous nous adressons à des Français qui doivent s’éveiller aux choses de la politique avec des visions parfois simplifiées. Que ceux d’entre vous qui ont un niveau troisième cycle universitaire dans un des sujets évoqués restent modestes : il n’y a pas ici de concours de QI, mais plutôt des stimulations pour un changement politique.

Et nous voici au cœur de ce billet : Les idées en matière d’économie exposées sur ce site ne constituent pas un programme politique.

Notre programme est de vous convaincre de changer l’organisation politique de la France, donc de vous rendre à même de le faire vous-même : Pourquoi, comment, dans quel but. Découvrir pourquoi nous sommes loin de la Démocratie, pourquoi votre relation à la politique DOIT changer. Être capable de juger de  propositions de réformes politiques. Apprendre à être digne d’un pouvoir récupéré, pour l’utiliser efficacement.

Et ensuite, dans la démocratie, il sera bien temps de discuter de la nécessité ou non de sortir de l’Euro, de l’Europe, de la façon de gérer la monnaie, l’argent, la banque, l’épargne, l’investissement, l’immigration.

Ces exposés ont pour but d’interpeller ceux d’entre vous qui n’avaient même pas idée de l’existence de telles questions. Quand à affirmer que nos suggestions sont la loi, la science en la matière, c’est hors de question : le propos est de susciter des réponses, des contre-exposés divers. Comme dans une démocratie.

C’est pour cela que certains de nos contributeurs sont surpris de ne pas nous voir réagir à leurs écrits : après rejet des pipi-caca qui sont rarissimes, nous laissons sans commentaire des avis qu’il ne nous appartient pas de juger. Pas de professeur supérieur qui connaît le bien et le mal !

Comme dans les débats mouvants, les orateurs s’adressent au public, qui se positionne, mais les orateurs ne se répondent pas, ne s’engueulent pas. Les exposés peuvent être contradictoires, mais devraient être fait « comme si » ils s’ignoraient les uns les autres. Bien sûr un intervenant peut prendre en compte un argument d’un autre orateur, mais chacun de ceux-ci « propose » au public son œuvre, et c’est ce dernier qui fait sa synthèse.

Au tribunal, les avocats des parties s’adressent uniquement à la cour et ont l’interdiction de se parler, encore plus de se couper la parole ou de se prendre à partie. La cour, sereine, collecte les avis (les plaidoiries), se fait son opinion et rend son jugement.

La cour, c’est vous. L’avocat, c’est vous aussi, si vous en avez le courage.

 

 

Laisser un commentaire