Putain de réseaux ! Putain de projets !

J’en ai été avant que cela soit à la mode, tellement j’étais rentable comme ingénieur informaticien. A l’époque (les années 80 jusqu’en 2000 environ), la denrée était rare et plutôt bien rémunérée.

Ce n’est plus suffisant, depuis.

Maintenant, on a plus un emploi. On est dans une micro-structure sous-traitante, ou mieux encore, auto-entrepreneur. Bizness to bizness, pas de droit du travail ! Que des contrats de sous-traitance précaires pour la durée du projet.

La fine fleur bac+5 de nos grandezécoles va s’emputasser chez des sous-traitants de sous-traitants pour être embauchés sur des projets de un à quelques mois le plus souvent, 2 ans étant un horizon vertigineux.

Mais pour survivre dans ce monde, il faut avoir un réseau.

Un réseau est le fruit d’un patient travail de péripapéticien(ne), en plus des heures de travail visibles, qui vous amène à mieux considérer un contact éloigné, pote d’un pote, qui va vous brancher sur le projet suivant, que votre voisin de bureau. Vous pouvez même lui chier sur la tête, c’est conseillé pour qu’il ne vous prenne pas le prochain job.

On vous aime pour votre capacité à avoir un réseau.

Sans compter que le réseau ne supporte pas l’éthique, les scrupules. Vous devez être toujours enthousiasmé par des projets conçus pour et par des capitalistes dominants, et c’est même vous qui devez constituer l’équipe via votre réseau.

Maintenant vous devez être votre propre commercial, vous vendre éternellement à tous, afin de toujours en être.

Plus besoin d’être un bon ouvrier, il suffit d’avoir un bon réseau.

Autant vous dire que les grandes gueules dans mon genre sont à la retraite très tôt, vers 45 ans. Le chômage structurel organisé à cette fin permet de faire passer ce concept gerbant de « lettre de motivation » pour chasseur de tête.

« Chère Madame, cher Monsieur,

Très tôt déjà, environ en CM2, je rêvais de faire des logiciels de gestion de cycle de vie pour pièces détachées d’avion, en open-space, à 400km de chez moi, sur un système de développement bugué, selon des spécifications fantaisistes faites par des cadres incompétents, cocaïnés, mais qui ont un meilleur réseau que moi.

C’est à ce moment là que j’ai complètement renoncé à gagner ma vie pour ne pas mourir de froid sur un trottoir ou sous un pont, à vivre une vie en dehors du boulot, avec femme enfants, amis et voisins, avant une retraite roborative.

En effet, je considère que ma famille est désormais constitué par mon réseau professionnel que je dépose à vos pieds, en même temps que ma vie privée.

Mon désir d’enrichir vos actionnaires 80h par semaine, dont le moitié en dehors des heures de travail, de réaliser votre projet, est dur comme un zguègue de hardeur devant une gagneuse de télé-réalité.

Ce désir me fait complètement oublier que vous êtes un abruti exploiteur, totalement inutile à la production de valeur de l’entreprise, juste bon a exercer son pouvoir sadique sur des candidats à l’emploi qui chient dans leur froc sur le tabouret en face de votre bureau.

J’ai déjà commencé à apprendre par cœur les expressions absconses pondues par votre pipotron maison et je suce un concombre tous les matins.

Alors, je l’ai, le job ?

Cordialement,

Ton esclave pour la vie avant la mort. »

Rhaaaaaa, ça fait du bien !

Laisser un commentaire