A mort la ‘démocratie participative’ !

Après l’assassinat criminel, le poinçon pointu, et l’éventration dangereuse, mettons un terme à la ‘démocratie participative’.

Loin de nous faire des cadeaux, ceux qui vantent la démocratie participative nous mentent, nous trompent et détruisent un peu plus le langage courant.

La démocratie, c’est le peuple, la multitude qui gouverne. Cela n’est JAMAIS arrivé en France, et ce n’a jamais été l’intention des révolutionnaires.

A l’époque ce n’était pas un secret. Il était clairement prévu d’instituer un « Gouvernement représentatif », dont la volonté se substitue TOTALEMENT à celle du peuple.

Depuis quelques décennies, nos dominants nous ont forcé à regarder leur gouvernement ploutocrate sous l’étiquette fallacieuse de « démocratie ». Je vote pour un menteur autocrate corrompu, quel que soit son bord, qui va bien faire ce que veulent nos riches, ceux qui l’ont fait élire.

Rien de moins qu’une dictature des riches, qu’on veut nous faire passer pour ce qu’elle n’est pas.

Dans ce contexte, quand les « gens » demandent un tant soit peu la parole, et pour peu que le sujet soit accessoire, on leur accorde de gâcher leur salive au nom de cette fameuse escroquerie qu’est la démocratie participative.

Cela introduit de nouveaux concepts, que je trouve pour ma part fumeux et mensongers :

La démocratie participative n’est qu’une variante un peu osée (pensez : donner la parole aux ploucs que nous sommes !) de la démocratie dont nous aurions déjà la pleine jouissance à travers le vote.

Donc si entérinons la variante participative, c’est à la condition sémantique d’admettre d’abord que nous avons déjà la démocratie, et que la variante n’est qu’un « plus » dont on peut se passer en temps normal.

Or, démocratie et participatif sont deux mots antagonistes : soit nous sommes en démocratie et le peuple gouverne en pleine autorité, il ne « participe » pas, soit nous sommes en dictature, et occasionnellement les dictateurs invitent les dominés à donner leur avis.

Avis avec lequel ils s’essuieront le fondement recta.

Celui qui parle de « démocratie participative » est soit un dictateur, soit un de ses pantins.

Amen.

Laisser un commentaire