La religion des riches

Cette courte page va détailler un mécanisme de pensée induite, et ses conséquences dramatiques.
Posons d’abord le contexte, sous la forme d’un petit dialogue :
Citoyen A- Les fluctuations des prix sont la plupart du temps injustifiées, et fondées sur un rapport de force.
Citoyen B- Comme quoi ?
A- Prenons des légumes par exemple : d’origine géographique constante, des légumes sont bien plus chers en début et en fin de saison. Les coûts de production, de transport et distribution sont constants. Les variations de prix sont justifiées par une prédiction fausse et auto-réalisatrice : la rareté implique la chèreté.
B- Mais c’est comme ça ! ce qui est rare est cher, tout le monde sait cela !
A- Tout le monde le croit, ce qui n’est pas pareil !

Il y a là matière à réflexion, mais passons.

A- Si les coûts divers étaient discutés, mettons en début de saison, afin de garantir un revenu décent et réaliste pour les acteurs de la chaîne production-distribution, les prix seraient constants pendant une saison. On éviterait ainsi de priver les pauvres aux deux bouts de la saison, et de perpétuer un privilège immoral donné aux riches.

B- Et qui déciderait ?

A- La communauté, après que chacune des parties ait exposé son point de vue : les producteurs, les transporteurs, les logisticiens, les commerçants mais aussi bien sûr des associations de protection de l’environnent et les consommateurs. C’est une forme de planification (à réserver aux produits nécessaires, n’exagérons rien).

B- ouais ! on sait ce que la planification a donné en URSS : des magasins vides, des pauvres dans le besoin et une nomenklatura nourrie au caviar !

Bim ! L’argument massue !

Le citoyen B n’est qu’un consommateur, mais il entérine le rapport de force qui permet aux acteurs de la production, notamment les distributeurs et les commerçants d’augmenter leurs revenus indûment. Ce sont rarement les producteurs qui bénéficient de ce rapport de force : les centrales d’achats sont, elles, éminemment planificatrices.

Reconnaissez que sans les échecs soviétiques, sans la Corée du Nord, les détenteurs-actionnaires des distributeurs et les commerçants vivraient moins bien.

L’argumentation de la rareté s’appuie sur plusieurs escroqueries intellectuelles admirablement répertoriées par Schopenhauer dans son fascicule « L’art d’avoir toujours raison ». Un bijou, soit dit en passant : facile à lire, court et percutant.

Ici, c’est l’art de rapprocher deux situations qui n’ont rien à voir !

La révolution soviétique dégage un tsar enfoiré, pour lui substituer en deux ans environ, un nouveau troupeau de maitres égoïstes, paranoïaques, violents et largement aussi profiteurs du peuple.

La planification soviétique procède en secret, sans consultation approfondie et surtout sans soumettre ses décisions à un suffrage universel. Ajoutons que cela aurait été nécessaire, mais pas suffisant : si vous n’éduquez pas « l’univers » du suffrage, afin qu’il soit réellement capable de juger des arguments des uns et des autres, vous n’avez pas progressé.

Toujours est-il que dans notre conversation ci-dessus, le citoyen B régurgite les banalités simplifiés à l’extrême qu’on lui a fourrées dans le crâne. En restant à la surface, il devient son propre ennemi de classe.

Un dernier mot : l’emploi du mot « liberté », dans « liberté d’entreprendre », « liberté individuelle », « liberté des prix », masque en réalité la haine de la régulation, dépouille la communauté de ses droits pour laisser quelques forts opprimer les faibles. En réalité, l’emploi du mot liberté par les forts, est toujours la liberté de se contrefoutre de la communauté afin de se gaver sur son dos. Trouvez donc un contre-exemple !

Concrètement, Madelin proteste contre les grillages du poulailler qui nuisent à la « liberté » du renard, en occultant bien sûr le « droit » des poules à ne pas se faire égorger.

Les idées communes sur les prix (offre et demande, main invisible du marché etc) sont des croyances religieuses. C’est quand même fou que nous y adhérions alors qu’elles nous tuent.

Vive la planification !

Laisser un commentaire