Charlie-Hebdo : Résistance !…. à la manipulation

Charlie-Hebdo : à quand Colin Powel à l’ONU, brandissant Charlie-Hebdo.

Vite, c’est maintenant.

Beaucoup d’entre vous sont maintenant aspirés dans le flot d’infos : internet, médias.

C’est le moment de penser à la stratégie du choc, telle que décrite par Naomie Klein.

Je fait court : prenons une population à qui on veut faire avaler des couleuvres. On provoque ou, plus simplement et vraisemblablement, on attend patiemment un choc. Sous l’effet du choc, convenablement récupéré par les médias ET les réseaux sociaux, le peuple tétanisé signe n’importe quoi. L’attentat de ce matin  est l’occasion d’un travail pratique… sur soi.

C’est la « pratique du témoin ». Vous vous dédoublez : celui qui vit sa vie, qui regarde les infos, qui cause et écoute.
L’autre, c’est « le témoin ». Un genre d’huissier qui prend des notes sans dire un mot.
Le témoin note : émotion, tristesse … induite, colère … induite et finalement

Tiens : la télé me visse dans la tête « barbarie » « horreur », « frappé au cœur », « rassembler », « rassemblement ». « Le gouvernement doit prendre toutes les mesures ».

Je suis moi-même lecteur, je suis très bien placé pour jouer comme vous. Quelle liberté sera rognée, quelles dépenses de sécurité fliquantes vont arriver, pour la plus grande joie des fournisseurs ?

Et envoyez les minutes de silence !

Alors soyez vigilants : armez le « témoin » d’un bon stylo et d’un bloc-note tout neuf, et laissez vous allez. Ne changez rien, mais OBSERVEZ.

On en recause dans quelques mois.

Mes sentiments personnels relèvent de ma vie privée, ce site n’est pas l’endroit pour chougner. Restons citoyens, on a pas gardé les oies ensemble.

18h40

S’torrible. Je viens de me prendre une douche visqueuse. Comme une bassine de shampoing transparent. Fluide et tiède.

Les médias, le web et les hallucinés de la rue : un tsunami d’hormone ! Un tsunami qui emporte toute pensée. Un déferlement au rêve, un rêve décrit avec des mots-nuages. Ecoutez, la valse des mots consensuels nous perce.

On est « unis »… Comme ça, on peut plus revendiquer. On ne peut plus parler de rien d’autre… Le témoin se régale.

8/1 15h

On a passé le temps des infos brutes, celui des premiers instants qui ont l’avantage d’être bruts de manipulation.
Une histoire va maintenant nous être contée : le président a aussitôt qualifié le triste évènement d' »attentat terroriste ». Il a fallu peu de temps pour relier un ensemble d’informations choquant à une mystique politique, laquelle appelle aussitôt à des considérations guerrières.

Or, à ce moment de la journée d’hier, aucune nécessité ne justifiait ce rapprochement. On ne sait pas s’il s’agit d’un geste isolé de graves timbrés, si un groupuscule de lapins crétins a concocté ce bazar, une soigneuse éducation par les jeux vidéos, la pression d’un monde agressif plus quelques provocateurs barbus ajoutant les épices de cette recette macabre.
Une fois terminé une cure de séries B décérebrées, de vidéo youtube, la lecture de revues spécialisées en vente libre et un peu d’exercice, alors nous pouvons probablement sans grande imagination visualiser des gens techniquement informés, à la gestuelle éduquée. D’où des délires d’action de professionnels entraînés, donc gros  complot….. On n’en sait rien, mais la populace ne fait bientôt plus la différence entre une information brute et le roman aussitôt seriné par les journalistes, les politiques  et autre ‘lideurs’ d’opinion.

Laisser un commentaire